Syrie : le bobard du combattant chrétien qui a décapité un djihadiste

Assyrian International News Agency (AINA) revient sur une rumeur lancée par le très suspect Observatoire syrien des droits de l’homme qui, depuis le Royaume-Uni, inonde les rédactions occidentales de communiqués dont les contenus sont, le plus souvent, invérifiables, mais repris sans discernement par nos médias. La rumeur qu’il a diffusée le 29 mai a tout d’un bobard, comme l’a méthodiquement établi un article de L’Observatoire de la Christianophobie du 31 mai.

Le vicaire apostolique d’Alep, en Syrie, pour les catholiques de rite latin, Georges Abou Khazen, a réfuté l’information selon laquelle un combattant chrétien syrien avait, par vengeance, décapité un terroriste de l’EIIL, et a accusé l’Observatoire syrien des droits de l’homme, installé au Royaume-Uni, d’avoir diffusé une rumeur sur la base d’une information « peu fiable et invérifiable ».

« La manipulation de l’information est aussi un des moyens utilisés pour multiplier la violence et les horreurs de ce conflit », a déclaré l’évêque Abou Khazen à l’agence catholique d’informations Fides. » […]

Christian Today signale que l’Observatoire a rapporté qu’un combattant chrétien de la communauté minoritaire assyrienne, dont l’identité n’est pas précisée, a exécuté un militant de l’État Islamique jeudi [28 mai] dans le village de Tal Shamiran (province d’Hassaké en Syrie). […]

L’évêque a insisté sur le fait que les chrétiens ne cherchent pas à se venger. « Nous, chrétiens, nous ne justifions pas une quelconque vengeance ou violence en matière religieuse. La seule vengeance que nous connaissions, c’est le pardon, afin d’être aussi pour tous une manifestation de la lumière. Les vendettas ne font [que] perpétuer la spirale de la haine. » Abou Khazen a ajouté que tous les chrétiens et « particulièrement les plus petits, ceux qui vivent dans la souffrance comme des agneaux au milieu des loups » sont « les premiers à dire qu’il faut que quelqu’un arrête ce cercle vicieux de violence et de vengeance […] ».

Source : AINA (1er juin) – © CH pour la traduction.