Turquie : nouvelle provocation d’Erdoğan à Sainte-Sophie

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement turc tolère ou encourage des prières musulmanes dans la basilique, la dernière remontant au 11 décembre dernier, mais il y en eut d’autres (21 juin 2017, 10 avril 2015…). La récitation, par le président Erdoğan, du « premier verset du Coran » (Bismillah ar-rahman ar-rahim : au Nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux), n’est pas anodine puisque les sept versets de la première sourate sont récités par tout musulman au début de sa prière privée ou publique… Cet incident est passé pratiquement inaperçu des radars de la presse internationale et notamment de la presse française.

Le président turc a récité une prière musulmane dans Sainte-Sophie, un monument historique d’Istamboul qui est devenu un symbole interreligieux et un lieu de tensions diplomatiques.
Prononçant une allocution lors de l’inauguration d’une exposition artistique samedi [31 mars], le président Recep Tayyip Erdoğan a récité le premier verset du Coran, dédiant sa prière aux « âmes de ceux qui nous ont laissé cette œuvre en héritage, et tout spécialement aux conquérants d’Istamboul ».
Sainte-Sophie fut construite au cours du VIe siècle par l’empire chrétien byzantin et fut le siège de l’Église grecque orthodoxe. Elle fut transformée en mosquée impériale après la conquête d’Istamboul par les Ottomans en 1453.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

Associated Press, dépêche du 1er avril – CH pour la traduction.

1. Il n’y a pas eu, à notre connaissance, de protestation du gouvernement grec sur cet incident. Associated Press doit faire référence à la dernière protestation officielle en date du 29 juillet 2017.