Une croix sur la Croix Rouge ?

Dans un entretien par téléphone à Radio Vatican diffusé le 23 février, Mgr Jacques Benhan Hindo, archevêque syro-catholique d’Hassaké (Syrie), proférait une grave accusation : « Le Croissant Rouge ne donne absolument rien aux chrétiens. […] Jusqu’à maintenant, le Crois­sant Rouge n’a rien donné aux chrétiens, et ce depuis quatre ans (ndlr : le début de la guerre). […] Le Croissant Rouge ici, ne distribue pas même un milliardième de ce qu’il reçoit, rien aux chrétiens. »

En clair, l’archevêque accusait le Croissant Rouge Arabe Syrien de ne distribuer l’aide internationale recueillie par l’ensemble des sociétés affiliées au Comité International de la Croix Rouge (CICR) de Genève, qu’aux musulmans syriens et d’en priver les chrétiens.

Le 27 février, j’ai interpellé par courriel le CICR et je lui ai posé deux questions : 1. si le CICR était au fait de cette information et s’il l’estimait véridique ; 2. si c’était le cas, quelles étaient les dispositions qu’il envisageait de prendre pour que l’aide qu’il apporte aux populations syriennes éprouvées le soit sans discrimination religieuse par l’organisation locale chargée de la répartir.

J’ai reçu, le même jour, un accusé de réception – je ne saurais le qualifier autrement, puisque ce n’était pas une réponse à mes questions. La responsable du CICR y rappelait les principes de l’organisation, que je n’ignorais pas, et affirmait que « l’aide est fournie sans distinction de religion, de race, d’ethnie, de genre ou tout autre élément ». Cet accusé de réception niait, implici­tement, la grave dénonciation de l’archevêque et le faisait donc passer pour un affabulateur !

Très curieusement, il semble probable que la sortie du prélat, qui a été connue évidemment du CICR, ait “fait mouche” puis­que le 26 février, Mgr Hindo déclarait à l’Agence Fides que, ce jour même, « le Croissant Rouge a distribué [aux chrétiens] 125 colis de vivres, alors qu’il en a des milliers à disposition y compris ici, à Hassaké ». 125 colis pour 1 200 familles de chrétiens réfugiées à Hassaké…

Le 13 mars dernier, j’ai, de nouveau, interpellé le CICR : « Dois-je donc implicitement comprendre que les graves accusations de Mgr […] Hindo […] portées contre le Croissant Rouge Arabe Syrien sur les ondes de Radio Vatican le 23 février, sont sans fondements et relèvent donc de l’affabulation. Je souhaiterais vivement obtenir une réponse claire et sans détour. » Cinq jours plus tard, je n’ai toujours pas obtenu de réponse.

Curieusement, une lectrice de L’Observatoire de la Christianophobie, qui avait questionné la Croix Rouge Française, a obtenu, 13 mars, un semblant de réponse : « Il se peut que le CICR et le Croissant Rouge Syrien n’aient pas accès à toutes les victimes. […] Ainsi, le témoignage [de Mgr Hindo] peut être tout à fait véridique, mais pas pour les raisons de partialité et discrimination invoquées. » Il y a là un demi-aveu… mais le CICR nous doit la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. D’ici là, doit-on faire une croix sur la Croix Rouge ?

Daniel Hamiche

daniel.hamiche­­@christianophobie.fr