Yémen : horreur et angoisse

Un acte d’une rare violence antichrétienne a ensanglanté Aden, la capitale du Yémen. Quatre religieuses ont été assassinées et un prêtre enlevé dont on est depuis sans nouvelles. Asia News nous apporte quelques commentaires sur cette tragédie.

« Il n’y a aucune autre nouvelle » sur le sort du Père Tom Uzhunnalil a déclaré Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie méridionale (Émirats arabes unis, Oman et Yémen). Vendredi dernier (4 mars) un commando terroriste a attaqué une maison de retraite tenue par les Missionnaires de la Charité à Aden, tuant douze civils et quatre religieuses. Il a également enlevé le Père Tom, un prêtre indien de 56 ans.

Mgr Hinder a déclaré qu’il passait par les « réseaux gouvernementaux » des différents pays « impliqués » pour établir des contacts afin de savoir ce qu’il est advenu du prêtre qui devrait être « entre les mains des assaillants ».

Toutefois, « nous ne savons pas s’il est toujours vivant », signale le prélat. « Il n’y a aucune information sûre. Les réseaux ont été activés » pour obtenir sa libération. « Nous faisons tout notre possible. »

Les autorités yéménites estiment que l’État Islamique (IS) est derrière ce violent incident. Toutefois, et bien que ce groupe soit très actif dans le pays, personne n’a revendiqué la responsabilité de l’action […]

Pour Mgr Hinden, l’attaque contre la maison de retraite d’Aden qui a causé la mort de quatre religieuses de Mère Teresa, a provoqué une « profonde tristesse » non seulement chez les chrétiens de la région mais aussi chez les Yéménites. « La population d’Aden, et les Yéménites en général sont navrés de la tournure des événements. Ils sont choqués par ce qui s’est passé car les terroristes sont derrière cela, bien que nous ne sachions pas avec précision qui a commis cet acte. »

Source : Asia News – CH pour la traduction.